Vite, un resto ouvert aujourd'hui

Mettre en favoris
Si tu fais partie des deux personnes sur l'appli aujourd'hui, tu mérites un cadeau. Et le voici: la liste des 13 restaurants qui ont compris qu'un bon repas et quelques verres suffisaient à sauver le 15 août de la misère. Coffee shops, bars à tapas et cocktails, restos : tout est là pour tromper l'ennui avec quelques calories bien choisies.
Le matin
Qu’il pleuve ou qu’il vente, il fait toujours soleil au Holybelly. Raison pour laquelle choper une table le week-end relève de l’opération commando. La semaine passe au rythme des pancakes frais, salades colorées et cafés parfaits servis par des français au sens de l’hospitalité australien. La perfection ? Pas loin.

Ici, les mots “sans gluten”, “végétarien” et “végétalien” sont plus sexy qu’un steak-frites. Impossible ? Nein. Ce café mimi-tout-plein est l’un des pionniers du mouvement “healthy”. Tout est frais, bio et bien envoyé, des jus de fruits et légumes aux salades survitaminées.

Le déj' ou le soir
Petite gargotte est devenue grande! Avant, Jules et Shim, c'était des bibimbaps qu'on chopait au vol dans leur micro-cantine et qu'on attaquait sur place, sur un tabouret en bois ou au bord du Canal. Mais à la flotte Jules et Shim s'ajoute maintenant un resto joli comme tout dans lequel on peut prendre le temps de la dégust' : à la carte, toujours ce bibimbap bien maîtrisé mais aussi des "anju" (tapas coréennes) comme ce fondant poulet au cumin, des cocktails aux ingrédients exotiques (genre piment kombava, coriandre, kumquat...) et des desserts sans gluten - dont certains imaginés avec Helmut Newcake. Un Jules et Shim pour adultes, donc.

Son patronyme qui anglo saxonne à mort est une fausse piste. Freddy's, le nouveau "couloir à manger" du 6e, concentre en réalité le meilleur de la France et de l'Espagne, dans le verre et dans l'assiette (petite, l'assiette). Pas de folles surprises à s'en décrocher la mâchoire, mais de mignons rougets grillés à la plancha, des croquetas à la chapelure avenante, des brochettes excitantes, de la pâte à tartiner à en faire tomber quelques convenances. Bref : "apérormidable", par la bande qui a déjà apporté Semilla et Cosi à la rue de Seine.
Bò bùns partout, saveurs nulle part ! Sauf au Petit Cambodge, où le bol de vermicelles de riz (le « bun ») et ses tranches de bœufs (le « bo »), surmontés parfois d'un nem pour les outremangeurs, font toujours l'unanimité. Du coup, pour ne pas poireauter pendant des heures, prévoir sa commande à l'avance, par téléphone.
Si les murs grattés de la Buvette-Gastrothèque voient défiler autant de monde, ce n'est pas par hasard. L'endroit, filiale parisienne d'un resto new-yorkais a quelques belles cordes à son arc: il est ouvert en continu du premier café au brunch d'un autre monde (genre gaufres gonflées à bloc, oeufs brouillés-cream cheese-saumon fumé, granola d'enfer...) et jusqu'au dîner où vins nature et tapas (le croque indécent...) se laissent manger sans difficulté à la lueur de la bougie. Seul reproche : pas de réservation possible et le bouche-à-oreille a déjà largement fonctionné. Le soir, arriver tôt ou très tard, mais jamais au milieu (l'attente peut aigrir).

Le soir seulement
La Candelaria, côté taqueria ? L'endroit parfait pour un grignotage mexicano rapido, dans une ambiance « bouiboui de luxe ». Quand le temps manque pour un cocktail miraculeux au speakeasy, on peut toujours s'approvisionner en guacamole éclatant de fraîcheur ou en tacos dodus. Gorgées de poulet mariné, de bœuf pimenté ou de cactus, les galettes sont largement à la hauteur de leurs promesses.
Dans sa coquille de bois, suspension métallique et éclairage tamisé, Hero a tout du lieu « dating-friendly ». Mais ça, c’est vrai si on s’en tient aux super cocktails exotiques (perles de tapioca, sucre poivré aux algues, sauce soja) et aux tapas coréennes parfumées (salade de nouilles de patate douce, par exemple). C’est moins vrai quand on plante ses dents dans la spécialité maison : le poulet frit coréen, nature, à l’ail ou aux épices sucrées. C’est bon, mais c’est un coup à s’en mettre partout. Et à ne pas conclure, du coup.
Fait avec amour. Copyright Dojo 2016. Tous droits réservés