Ton agenda du weekend : 10-12 août

Mettre en favoris
Si cette période de flottement estival peut être accueillie à bras ouverts et aisselles moites par de sombres individus sans grand discernement, on peut aussi voir dans le weekend du 10 août une occasion d’errer sans aucune logique de parcours, de ne rien flécher au préalable, d’aller là où les lampions s’allument, de parler avec…

Non on déconne.
Vendredi 10
Mini cave à manger aux airs de coffee shop allemand, Pratz ramène les joies du vin nature et de la burrata à la truffe au pied de Pigalle. Par contre, faudra se presser pour l'apéro (ou commencer tôt, ce qui est largement dans nos cordes), car le lieu ferme ses portes à 22h tapantes... à moins d'opter pour le "sac apéro" (une bouteille de vin, charcuterie, fromage, baguette, 19€) à dégommer sur les hauteurs de Montmartre.
Samedi 11
On a bien besoin d’un petit coup de frais, et nos maigres connaissances du Moyen Age laissent à penser qu’à l’époque on savait se refroidir dans les alcôves. Pour fêter sa réouverture, le musée de Cluny rend hommage aux licornes à travers une série d'ouvrages enluminés ou gravés, de sculptures, de tapisseries, photographies et objets de la vie quotidienne. Après tout pourquoi pas, hein, POURQUOI PAS ?
Samedi 11
On sait, au fond, que ce week-end va prématurément se terminer en robe de chambre avec le teint d’un individu qu’on viendrait fraîchement d’empailler. A mi-parcours, rien ne vaut donc une petite assiette d’herbes folles broutées entre deux cageots, au milieu de légumes dont l’aspect non normé ne sont qu’une information de plus sur leur authenticité.

Et puisque la journée promet d’être longue avant la Concrete, on achète de quoi se sustenter dans la partie épicerie (focaccia à tomber de son banc et piquette nature à boire au goulot).
Samedi 11
En voilà une qui ne déçoit jamais, qui reste droite et fière en plein cœur du mois d’août, qui nous pardonne nos infidélités passagères et nous offre ce soir un live de l’incroyable orchestrateur de machines Ben Vedren, le gangster de la House, DJ Sneak et le beat déluré de Funk E, qui a délaissé son hip hop d’origine pour de l’électro pure mais pas dure.
Dimanche 12
"Vous vous faites la gueule, c'est ça ?" nous lance le serveur, voyant qu'on ne taille pas une bavette à notre voisine de comptoir - inconnue au bataillon. Ici semble régner une règle tacite : faut copiner avec son voisin et son assiette. Alors on s'exécute. Elle s'attaque aux moules au gorgonzola et y revient à grands coups de fourchette voraces avant de finir à la cuillère. Tout ce dont on rêve pour un dimanche sans famille.
Dimanche 12
Un coup de métro et nous voilà au beau milieu d'un archipel, sans croiser aucun cul du même nom.

Insolation aidant, on voit dans chaque tronc d'arbre dénudé la possibilité d'une peinture : pendant 4 kilomètres, voilà qu'on scrute chaque recoin pour y retrouver quelques esquisses de célèbres tableaux. Seurat, Sisley, Monet, Van Gogh, tous sont venus ici avant nous et TOUS ont réussi dans le monde de l'art. Nous, non.
Dimanche 12
Il est des scandales dont on ne parle jamais : celui de ne pas trouver un endroit où boire du bon vin nature autour d’un tonneau le dimanche ou le lundi en est un. Comment faire la soudure correctement dans ces conditions ? Comment entretenir son ivresse frivole avec deux jours vides comme le répertoire d’un ermite ? Heureusement, le Comptoir du Canal est là.
Fait avec amour. Copyright Dojo 2016. Tous droits réservés