Ton agenda du week-end : 15-17 mars

Mettre en favoris
En ces glorieux jours de premières floraisons et de déjeuners de famille interminables à s’écharper sur la couleur des primevères, s’agirait de se réjouir d’être en vie. De le montrer. De pas économiser pour d’hypothétiques héritages.

On verra ça quand ce sera vraiment le printemps, quand les hormones seront de retour et qu’on aura trouvé une planète flambant neuve à repeupler.
15/03
Il court il court, le mois de mars, et avec lui l’envie d’aller se faire un film de 3h55 en plein après-midi pour fuir ce que l’hiver a de plus cruel. A mesure que les manches perdent en centimètres, le Louxor se met au diapason avec son festival de courts-métrages toujours aussi frais et acidulé qu’une fleur des champs.

Huit pépites triées sur grand écran, entrecoupées d’une bonne grosse pause au bar et une occasion rêvée de rencontrer quelques stars.
Marre de cette vie de chien passée à amasser vainement du fric dont la contrepartie finit toujours par se révéler aussi décevante qu’un coït interrompu ? Avant d’ouvrir le gaz (ou la fenêtre du balcon, mais pas les deux en même temps), la dernière chance se trouve peut-être au parc floral, où se tiendra ce week-end le festival Vivre autrement.

Au programme des renaissances ? Bouffer différemment, s’habiller différemment, voyager différemment… On va nous les dégommer une par une, ces sales habitudes de l’ancien monde.
16/03
Bouteilles retrouvées dans le fin fond d’un château, années hébraïques sur les étiquettes, domaine du copain en négoce… le taulier en a des choses à te raconter sur ses vins "rigolos" et "rock’n’roll". Alors on se met au verre et on lui fait confiance pour réussir un strike avec ses quilles nature. Comme celles de la maison AMI, petites costaudes décapantes.

Côté graille, l’idée c’est de se laisser faire. Ok ok La dernière fois qu’on t’as dit ça, tu t’es retrouvé avec tes cheveux en crête bleue sur le crâne. Mais promis ici, ça n’arrivera pas.
La Flash Cocotte, cette créature incroyable, désormais légendaire, qui gambade allègrement dans la nuit étoilée vers un idéal de fête parfaite sans fin, laissant sur son passage une traînée (non, pas toi) aux mille éclats, celle qui frappe fort à chaque arrêt.

Ce soir on fêtera d’un coup d’un seul la première Flash de l’année et les 10 ans de la QW. Ca valait bien la peine d’inviter la phénoménale DJ et productrice tunisienne Deena Abdelwahed (Arabstazy) et les scandaleuses queens berlinoises de la House of Living Colors. Non ?
17/03
D’accord, on doit maintenant se taper les interprétations vaseuses de la journée du 8 mars en acceptant - ou non - de recevoir une gerbe de roses de la main de ceux qui n’ont rien compris au film. Un jour par an ? La belle affaire. Alors même qu’au Pavillon des Canaux, le mois entier sera consacré aux meufs, à l’éco-féminisme, à la photo érotico-militante, on en passe et des pas moins bonnes.

Conférences, ateliers, réponses à questions cons, karaoké, enregistrement de podcasts… Le festival pop meufs a sorti la grosse artillerie.
Le test ultime du dimanche soir avant de valider complètement un duo en formation : la Grand Bal swing. On a les mains moites rien que d'y penser ? Oui. Est-ce qu’on préfère avoir cependant à danser le reste de nos jours avec un adepte de la technique dite du "pigeon giratoire" et perdre la face tous les samedis ? Non.

Alors mets on se remue l’oignon et on file se trémousser au Châlet du Lac, écrin chicos de s’il en est de nos progrès fulgurant en matière de tournoiement de pelvis. Tout le monde est admis. On a dit tout le monde.

T'en fais pas pas va, y'en aura d'autres des dimanches.
Fait avec amour. Copyright Dojo 2016. Tous droits réservés