Picasso polisson & le MoMA à ta porte : les expos de la semaine

Mettre en favoris
Les tensions érotiques de Pablo Picasso, le meilleur du MoMA à Paris, une retro Gauguin XXL et même une expo où l’on arrose de la porcelaine avec de l’urine… tout ça et même bien plus, tu le trouveras dans nos expos de la semaine.
D’apparence, c’est clairement l’expo weirdo de la saison. Corps pur par sa blancheur et convoité pour sa finesse, la porcelaine – cet « A Hard White Body » - est ici non-cuite, donc fragile puisque sujette à l’effritement. Pour la préserver, l’artiste l’arrose avec de l’urine.
Vidéaste américain, acteur de l’undergound new yorkais des 80’s, pour « Sound Digressions » Tony Oursler a filmé sept amis performeurs issus de cette même scène (Kim Gordon ou Lee Ranaldo) pour les réunir dans un orchestre virtuel et cacophonique.
Mais qu’est ce qui peut bien rendre les peintures de Grégory Derenne aussi captivantes ? Certainement ce souci du détail absolu qui pousse la critique à le qualifier (à juste titre) de « photoréaliste ».
Voilà une riche idée. En parallèle de l’expo Gugging à la Galerie Christian Berst -présentant les œuvres des patients de l’institution psychiatrique viennoise – le Musée de l'Hôpital Sainte-Anne offre une proposition analogue avec « Elle était une fois ».
Et hop, la carte blanche PMU 2017 est allé à la finlandaise Elina Brotherus avec la « Règle du jeu », série d’’autoportraits souhaitant « explorer le jeu dans tous les sens et dans tous ses sens avec humour ».
Patiemment, la néerlandaise Anouk Kruithof est en train de s’installer durablement dans les petits papiers de la photo (et l’édition) contemporaine. Nouvelle preuve avec « The Aesthetics of Contamination » où elle donne une forme à la viralité.
N’en déplaise à Gainsbourg, pour Picasso, c’est1932 qui fut érotique. Année où Pablo était encore au sommet du game mondial, 1932 est aussi l’année où il s’installe avec sa maitresse et muse, articulant sa création autour de ses pulsions.
New York hante nos expos parisiennes. En parallèle du Whitney à Maillol, le MoMA s’installe dans toute sa majesté à la Fondation Louis Vuitton. De Duchamp à Pollock, un chapitre essentiel de l’art contemporain s’offre à toi, version deluxe.
Double dose de Gauguin. Incarné ces jours-ci au cinéma par Vincent Cassel et célébré dans une rétro (XXL) au Grand Palais, en cette fin d’année 2017, tu ne pourras pas passer à côté de l’un de nos peintres phares du XIXe siècle.
Barbara est au cinéma, filmée par Amalric et campée par Balibar. Mais Barbara est aussi à la Philharmonie de Paris pour une expo phare comme l’endroit sait en proposer. Une plongée dans la vie et l’esprit d’une force inégalée de la chanson.
Fait avec amour. Copyright Dojo 2016. Tous droits réservés