Les meilleures ouvertures de l'automne

Mettre en favoris
Tu espérais innocemment ne plus jamais le revoir. Après tout, tu ne le portais pas vraiment dans ton cœur donc peu de chance qu’il te manque… Puis là, sans prévenir, le froid a redébarqué dans ta vie.

Heureusement il y a des échappatoires possibles pour ne pas être obligé de l’avoir dans le dos constamment. Burgers avec coulée de fromage fondu, casseroles de pâtes, cascade de vins natures… Que chaque "brrr" soit contré par un "mmmmh". C’est comme ça, donnant-donnant.
Restos
Tomettes aux pieds, coussin dans le dos, bouquet de fleurs sur la table… tout comme un dimanche réconfortant chez Mamie. Ragaillardi, tu te jettes sur les entrées, un dip de betterave au sésame et un velouté de patate douce et miso.

Chaleur, douceur, avalanche de quinoa et de pommes grenailles. Et pour la route, une bonne part de gâteau au chocolat avec ce goût... C'est quoi déjà ? Ah oui, on l'avait presque oublié çui-là : le beurre salé.
Deux salles deux ambiances (on picore en bas, on engloutit en haut), cuisine ouverte, bombonnes et bouteilles, jambons pendus, odeurs affriolantes, sets de table quiz pour choisir son vino (un peu gadget, mais briseur de glace), et une carte à couper court à toute conversation dès l’arrivée des antipasti.

Mignons oignons farcis à la ricotta. Tendres brochettes de prunes rôties au four et pancetta. Mystérieux risotto à la… gelée de gorgonzola. On continue ? Non. On te garde une place pour le dessert.
Street food
Petit flashback dans ta chambre d'ado, l'odeur de fromage fondu en plus. Et comme c'est ton antre, normal que tu sois le seul maître à bord pour choisir ce que tu veux dans ton burger.

On commence par la base : steak avec option bacon ou galette veggie si loin des semelles sèches healthy habituelles. Y'a plus qu'à choisir le frometon, la sauce maison et l’armada de légumes. Tu peux même mettre de la fourme d'Ambert avec de la sauce barbecue et triple rations de cornichons. Personne te jugera, promis.
Avec toi, c’était comme la première fois. Ni trop molle, ni trop cuite, ni trop fine, ni trop épaisse. Sérieux. Reste comme tu es. Mais non, te rabaisse pas, tu n’es pas qu’un simple accompagnement. Tu es bien plus que ça.

Est-ce que je t’aimerais sans tes sauces ? Certes, l’Andalouse avec des tomates concassées et du tabasco ou la sauce Pont-Noir à l’encre de seiche et piment d’Espelette te donnent un petit je-ne-sais-quoi d'excitant, mais t’as même pas besoin de tout ça. C’est au naturel que je te préfère. Ma douce frite.
Ici, la carte est proportionnelle à la taille des casseroles de pâtes : démesurée. Burrata crémeuse, lasagnes veggie, risotto bio, burger stracciatella, salade caesar… Le bon bail pour se péter le bide en bonne et due forme.

De toute façon, une fois que t'as enfin ta table en terrasse, t’as plus qu’une envie : la garder pour toujours. Ça tombe bien, il reste encore un peu de place pour une petite part de tiramisu pistache de Sicile et chocolat.
Bars
Cambuse. Nom féminin ne désignant rien de moins que le “magasin du bord” sur tout bateau qui vogue sur l’eau. Le genre d’endroit où on resterait (très volontiers) enfermé des plombes avec tout ce qu’il faut pour être ivre, repu et heureux : du vin nature, des burratas, des petits plats et de la charcuterie fine comme une culotte en soie.

Aux commandes, un adorable duo fidèle à la philosophie du vin nature, à savoir : des petits coups pas (trop) chers à emporter ou à boire sur place avec les copains avant ET après un film au MK2.
Un brin nostalgique des soirées étudiantes et du fameux apéro tempête ? Mais si , la petite soirée dont on sait jamais quand elle va se terminer, ni comment d’ailleurs…

Ici c’est un peu du même acabit, ça débite de la bière et on serait pas loin de chantonner un petit air paillard accoudé au comptoir. Bière de Paname, cidre, vodka et gin français… On serait pas un peu chauv-vin là ? Même les cocktails se la jouent cocorico avec Ricard et Suze à tous les étages.
Fait avec amour. Copyright Dojo 2016. Tous droits réservés