Les expos de la semaine : 20 - 27 mai

Mettre en favoris
On est déjà fin mai et toi aussi t'as l'impression que c'était hier que tu gueulais "Boooonnneee annéééé" à tes potes ? Entre temps, t'as forcément loupé la moitié des choses que t'avais prévu de faire pendant ces 6 premiers mois, dont une bonne partie d'expos que tu t'es promis d'aller voir mais t'as préféré faire dodo.

Mais ça c'était avant d'avoir Dojo, et de rester à l'affut des nouveautés. Et surtout d'être les premiers à être sur le coup grâce à notre sélection de la semaine.
T'as aimé Ready Player One, le dernier film de Steven Spielberg ? Niveau réalité virtuelle, avouons que ça se pose en patron. Côté expo, on a peut être trouvé celle qui va cartonner.
Un kiff total en plein Paris grâce à l'équipe japonaise Team Lab, qui transforme La Halle de la Villette en immense laboratoire. Cinq installations immersives pour un voyage assez dingue, on pouvait pas rater ça.
Willy Ronis n'est peut être pas le gars qui te vient en tête quand on parle des photographes parisiens du 20ème siècle et pourtant il est bien dans le haut du tableau, avec notamment Brassaï ou Robert Doisneau.

Si t'as des doutes, un tour au Pavillon Baudoin te calmera. Y’a de quoi saliver devant ces N&B qui te plongent dans le quotidien des parisiens des années 40/50. Un sacré bond dans le temps à travers l’œil d’un as.
Faut avouer que le Moyen Âge, c'est pas forcément la période super glam en matière de sexe. Et puis tu penses forcément à Game of Thrones et Jon Snow, qui parvient tout de même à développer un sex appeal avec une médiévale touch. Du coup, une expo consacrée à l'amour au moyen-âge t'excite un poil plus.

La Tour jean sans peur a décidé de révéler les codes de la sexualité et de la séduction dans la peinture. Tu pourras donc savamment décrypter les symboles cachés dans les toiles ou dans les gravures des livres sacrés et ça, c'est la classe.
Nos années lycée sont celles où l'on a fait le plus de conneries et par conséquent celles où l'on en branlait pas une. Mais en prenant de l'âge, c'est fou comme l'histoire du Canal de Suez devient soudain affriolante.

Lucky you, l'Institut du monde arabe lui consacre un gros exposé, garanti sans Power Point. Entre archives historiques (photos, gravures, peintures) et documents interactifs (vidéos, montages), tout ça devrait redorer le blason d'un sujet qui t'a trop souvent fait souffrir.
Au premier janvier dernier, t'as dû prendre plusieurs bonnes résolutions : faire du sport, manger mieux... combien d'entre-elles restent encore en place ? Une ? Aucune ? Normal.

Alors imagine la détermination de Isabelle Manoukian qui a décidé de faire un dessin par jour pendant..1001 jours ! Son boulot de dingue s'inspire du recueil des 1001 nuits et elle y traite des relations hommes/femmes, réalise des scènes érotiques, mais aussi des rêves et des fantasmes.
Les artistes qui fouillent dans leurs poubelles ou qui récupèrent des objets abandonnés pour en faire des structures improbables, c'est assez courant. Florent Lamouroux lui s'est emparé des "sèche pleurs", ces objets disposés à la caisse de supermarchés qui ne demandent qu'à être achetés dans des moments de faiblesses. Il a décidé d'en faire de l'art en les embaumant dans des films plastiques pour leur donner un nouvel aspect. C'est assez futuriste et mystique.
Un nez peut être moche, il n'en reste pas moins le principal outil de tout fin limier qui se respecte. Donc lorsqu'il se retrouve sous les aisselles d'un mec sans déo dans le métro avec 30 degrés ou dans le cou d'une mémé qui a forcé sur le parfum, il en prend un coup.

Au Musée Cernushi, on te propose de venir humer un peu d'encens, avec un parcours olfactif qui retrace l'histoire du parfum du 3ème siècle avant JC au 19ème. Autant te dire qu'on l'a pas choisie au pif, cette expo.
Le shanshui, ce n'est pas le nouveau bowl asiat que tout Paris va s'arracher (tu t'es planté de catégorie si tu veux qu'on parle bouffe ensemble), mais un terme qui désigne la peinture traditionnelle chinoise basée sur les paysages de montagnes et cours d’eau.

Ces paysages de nature sont de plus en plus menacés à cause de l’urbanisation et l’industrialisation. Deux jeunes photographes français Sébastien Tixier et Raphaël Bourelly rapportent des clichés édifiants de l’homme qui prend possession de la nature et la maltraite. Comme d'habitude.
Fait avec amour. Copyright Dojo 2016. Tous droits réservés