Les 10 meilleurs plans du mois de décembre

Mettre en favoris
Ca sent le bois mort. Décembre. Son lot de pulls immondes, de bottes fourrées, de tantes bourrées, de volailles gavées, de doigts gelés. Mais. Car il y a un mais. Il va falloir passer entre les flocons. Tirer son épine du sapin.

10 plans extras, c'est toujours 10 jours de gagnés sur l'échelle de la guirlande.
Il y a quelques années, on a mis le doigt sur ce spectacle. Depuis, on guette son retour la larme à l’œil et l'impatience en bandoulière. Et puis tadaaa, voilà que la pompeuse Scala la remet au programme des réjouissances du mois de décembre.

Ici point de comédiens, juste des mains qui s’affolent dans une suite de décors miniatures filmés par le petit bout de la lorgnette et projetés sur grand écran. Im-man-quable !
Soyons francs du patin : une gamelle sous la plus monumentale verrière de Paris n'a tout de même pas la même saveur que de se retrouver le cul sur la glace dans n'importe quel autre contexte.

Fermée l'année dernière, la patinoire du Grand Palais rempile cette année pour trois semaines, et t'offre la possibilité de glisser sur la glace avec l'élégance d'un renne sans traîneau jusqu'à 2h du mat, même au beau milieu de la semaine.
Ouh, qu'il est lumineux le tout nouveau projet du Musée d'Histoire Naturelle : investir le Jardin des Plantes d'énorme statues d'animaux lumineuses. On commence avec des bebêtes disparues depuis longtemps - tyrannosaure et vélociraptor - avant d'enchaîner sur le tigre à dents de sabre, panda et autres girafes fluorescents.

On a enfin compris ce que veux dire "Avoir la lumière à tous les étages".
Oublier le froid qui pince en se filant un petit coup de chaud. Le Palais de Tokyo a beau ne pas être l’endroit le plus chaleureux du monde tant il en a sous le plafond, on n’a pu s’empêcher de se jeter sur ce concert basse fréquence à destination des… araignées, oui, parfaitement.

Quatre musicos formés pour l’occasion, qui essaieront de tisser une petite toile avec leurs copines les arachnides le temps d’un concerto. Qui aurait cru que ces bestioles de l’enfer puissent être aussi sensibles à un air de clarinette ?
La soul qui réchauffe a trouvé son prophète. Et si on te disait qu'un cambriolage pouvait changer ta vie ? Genre te faire trouver ta voie. C'est ce qui est arrivé à Jacob Banks. A la fac, il venait d'acheter une guitare. Mais la maison familiale a été pillée et les mecs sont partis en laissant simplement la gratte.

Depuis, Jacob s'amuse avec son synthé et flâne entre gospel, blues et afrobeat. S'il y a bien un concert à booker MAINTENANT, c'est celui-ci.
Voilà quelques mois qu’elle nous en fait voir de toutes les douleurs. Car oui, l’apercevoir de loin, juchée sur son bateau surplombant les flots de la Seine sans même pouvoir y entrer a été une véritable souffrance.

Mais c’est enfin officiel : à partir du 16 décembre, Joséphine B. nous ouvrira de nouveau son cœur et ses bassins, son hammam, son sauna, nous laissera oublier le code de nos petits casiers, prendre des douches à rallonge et traîner un peu le soir avec un bonnet en plastoc sur la tête, ridicule, mais heureux.
Si la fameuse "féerie" de Noël tape parfois sur le haricot et court sur le système, elle peut aussi avoir du bon : la preuve avec le retour des "Jours de Fête", ex-fête foraine du Grand Palais, relocalisée sur la superbe place de la fontaine aux lions.

Entre les odeurs de pop corn et de barbe à papa, on se rentre dedans à coups d'auto-tamponneuses, on fait un tour sur la Grande Roue et on essaie péniblement de toucher ce canard avec une carabine à plomb. On fête foraine, quoi, mais sans trucs qui font peur, et avec des petits chevaux de bois !
Sont marrants ces gens qui ne jurent que par la détox avant les fêtes. Alors que ça fait déjà bien longtemps qu'on s'est rendu à l'évidence : la meilleure stratégie à adopter pour éviter la crise de foi(e), c'est de préparer ses tubes.

On commence d'ailleurs dès ce soir au Food Market de Belleville, pantalon de grossesse unisexe en guise d'apparat, avec un festin puissance 15. Après ça, le réveillon familial aura des airs de petit joueur.
On avait peur de se retrouver en peignoir et savate blanches, coincé en file indienne avec un groupe de troisième âge bien tassé. On aurait pourtant dû se douter que le côté spa du futur aurait fait fuir les mauviettes et attiré les amateurs de science fiction aquatique. On est ici dans un centre de flottaison.

A poil dans un bain d’eau salée, chauffée à température du corps, immergé dans une semi-pénombre… On floflotte tout du long pendant 1h30, avec la sensation d’en avoir enfin fini avec la gravité.
On va finir cette saleté d’année en beauté. Avec un bon gros blockbuster, aussi jouissif que le kebab du dimanche soir et la touchette du matin, une Concrete version champagne et cotillons, qui n’arrive qu’une fois dans l’année, FORCÉMENT, puisque c’est une Concrete NYE.

La teuf hebdo préférée du Paris puriste donnera le meilleur, comme chaque semaine, avec un line up à décorner les vœux : l’allemand déglingos Konstantin Sibold, un live de l’illustre Ben Vedren, et pas mal d’autres petits paquets bien ficelés post réveillon.

Salut 2019, tu viens souvent ici ?
Fait avec amour. Copyright Dojo 2016. Tous droits réservés