Ciné-club : 16-30 mai

Mettre en favoris
En voyant Léa Seydoux dans le jury du 71ème festival de Cannes, tu dois vraiment, mais vraiment avoir la haine de louper ce ramassis de "cinéphile", alors que tous tes amis pseudo-fashion de Paris, eux, ont eu la chance d'avoir leur accréditation pour partir y ""travailler"".

Du fashion, c'est exactement ce dont tu auras besoin pour pouvoir dire que toi aussi t'as vu des tonnes de film méga-sexy, sans dépenser le moindre euro dans un outfit classe tâché par le vin rouge de Jean-Luc Godard, ivre depuis la soirée d'ouverture.
17 mai
Little Miss Sunshine, tu connais ? Mais si, tu sais, ce concours de beauté d'une gamine de 6 ans avec son grand père qui meurt à la fin ? Voilà. Bon, c'est bien, parce que c'est pas du tout de ce concours de beauté là dont on veut te parler.

On te propose plutôt le docu d'Ayse Toprak, jeune réalisatrice turque partie filmer le parcours de Husein et Mahmoud, deux réfugiés syriens gays. Ils décident, avec la petite communauté LGBTQI syrienne d’Istanbul, d’organiser un concours de beauté baptisé "Mr Gay Syria".
21 mai
Quoi de mieux que de gagner 5000€ ? On va pas se mentir, pas grand chose. Surtout si comme la belle Mirabel, tu décides de te barrer à New-York. Sauf qu'un voyage à New-York, ça se prépare, ce qui n'est pas franchement son cas.

Une fois arrivée sur place, elle décide de vivre son American dream en menant grand train : nouvelle garde-robe, nuits au palace, où elle rencontre le beau Sandro, riche prince qui se fait passer pour un groom histoire d'intégrer incognito la vie des gens de peu de biens. Evidemment, ils tombent raides dingues l'un de l'autre.
24 mai
Une chorégraphie de boys band interrompue par les écrans noirs du générique. De la musique k-pop brutalement arrêtée par des secondes de silence avant de reprendre à fond les ballons. Voilà un film qui va pas te laisser tranquille.

Jésus, jeune ado délaissé par un père aimant mais absent, ne va plus à l'école et préfère traîner le soir avec son groupe de copains. Baise et boisson, comme tant d'autres ados de Santiago. Un soir, tout dérape : lui et ses potes tabassent à mort un jeune SDF au beau milieu d'un parc. Jusqu'au moment où son père intervient...
24 mai
Voir ou être vu ? Telle est la question. En 1978, à la demande de la téloche de l'époque et avec un budget de la taille de ton porte monnaie, Carpenter écrit et réalise "Meurtre au 43ème étage". Le scénario n'est guère plus compliqué qu'un bouquin d'Amélie Nothomb : une femme vient s'installer à LA. Mais elle se sent rapidement épiée par un hurluberlu de l'immeuble d'en face. La police ne la prenant pas au sérieux, elle fera justice elle-même. L'arroseur arrosé version voyeur.

Cartes UGC acceptées.
26 mai
Dans le cadre idyllique de la plage de Noirmoutier, un ménage à trois se dessine entre un César (aka Yves Montand), un David, artiste effacé assez intellectuel et une Rosalie bovarienne, partagée entre l'homme avec qui elle vit et son amour de jeunesse, David, faisant irruption dans sa vie, qui prend cette thérapie pour une aubaine.

Avec un outfit signé Yves-Saint Laurent, la sublime Rosalie humanise cette figure féminine, séductrice et mystérieuse, rongée par des crises de doute auxquelles elle soumet "ses" hommes. Une petite merveille des 70's.

Cartes UGC acceptées.
Fait avec amour. Copyright Dojo 2016. Tous droits réservés